Les raisons du lourd périple de David-Christophe Mukendi, premier président de la Cour de cassation

Les raisons du lourd périple de David-Christophe Mukendi, premier président de la Cour de cassation

Prenez le parcours, sueur à même le front... Kasangulu, Lukaya, Kimpese, Songololo, Mbanza-Ngungu, Matadi, Boma, Moanda... Une expédition marathon effectuée du lundi 24 au samedi 29 Mai par le premier président de la Cour de cassation, David-Christophe Mukendi M. Un séjour robuste dans les profondeurs de la province du Kongo-Central en visite d'inspection.

Dans les faits, il s'y est rendu afin de se rendre compte de la manière dont les Cours et Tribunaux fonctionnent dans la partie Sud-Ouest de la République Démocratique du Congo. Il y ressort un constat peu reluisant pour les juridictions de cette province : un sérieux problème d'infrastructures - des bâtiments qui nécessitent soit la construction ou la réhabilitation mieux la dotation de leurs propres parcelles; une conservation archaïque des documents; manque de matériels adéquats; carrence des juges...

Les détails de la très longue et méticuleuse expédition

D'abord, le Tribunal de paix de Kasangulu. Ici, le premier président de la Cour de cassation était accueilli par le ministre provincial de la justice Edouard Samba, le premier président de la Cour d'appel provinciale Célestin Sibutunga et d'autres autorités locales. Visite des différents locaux et briefing sur les modalités du travail ont formé le gros du travail. Réplique de ces mêmes travaux au Tribunal pour enfants de Kasangulu.

De là, direction Palais de justice de la Lukaya, un bâtiment qui nécessite des travaux de réfection. Ensuite, David-Christophe Mukendi a visité le Tribunal de grande instance de Kikonka, paraphant dans le registre Rôle pénal en appel (RPA), à la suite d'un entretien. Pour se rendre au Tribunal de paix de Mandimba, où l'on a compté malheureusement que seulement deux juges.

Au Tripaix de Mbanza-Ngungu, le tableau demeure sombre : les greffiers manquent des outils informatiques appropriés. Au Tribunal de grande instance de Mbanza-Ngungu, où le premier président de la Cour de cassation a été chaleureusement accueilli par la présidente de cette juridiction Cécile Ntumba Mwanza, tous les compartiments ont été passés au peigne fin, y compris ceux du Tribunal pour enfants logé dans le même bâtiment. Celui-ci ne compte que trois juges.

Après une courte pause, place au Tribunal de paix de Songololo, à la chambre foraine de Kimpese inspectée mais aussi au Tribunal pour enfants : un petit bâtiment abritant seulement le bureau du président. Sans greffiers, c'est le secrétaraire qui assure toutes les tâches.

Au lendemain, c'est la célèbre ville portuaire de Matadi qui a eu le privilège d'accueillir le premier président de la Cour de cassation. Encore une journée d'intenses travaux à la Cour d'appel du Kongo-Central. C'est ici que David-Christophe Mukendi a échangé avec tous les magistrats des juridictions du ressort de cette province. « Éthique et déontologie professionnelle », le contenu principal de son allocution. Pour que s'ensuive la visite des bureaux. Toujours à Matadi, le Tribunal de commerce, le Tribunal pour enfants, le Tribunal de paix et le Tribunal de grande instance ont été visités.

Sur invitation du gouverneur de la province du Kongo-Central Atou Matubuana Nkuluki, le premier président de la Cour de cassation et toute sa délégation étaient conviés à un partage de repas dans sa résidence officielle, question de lui souhaiter la bienvenue dans sa province.

Fini Matadi, c'est Boma. Pendant son parcours, le premier président de la Cour de cassation monsieur Mukendi a visité le Tribunal de paix de Sekebanza à Kinza-Mvuete et l'Inspection du travail. Ici, le président a plaidé pour la construction d'un Palais de justice car le bâtiment est trop étroit. Arrivé à Boma, le numéro un de la Cour de cassation était accueilli par le maire de la ville Marie-José Niongo Nsuami et différentes autres personnalités. Ronde des juridictions de la ville tels le Tribunal de grande instance de Boma, le Tribunal pour enfants, le Tribunal de commerce, le Tribunal de paix et le Tribunal de travail.

C'est à Moanda, la ville côtière où le tour d'horizon de ces juridictions devrait être bouclé. David-Christophe Mukendi a commencé sa visite d'inspection d'abord au Tribunal de paix logé dans le bâtiment de la SOCIR (Société congolaise des industries et de raffinage). Après avoir parcouru chaque entité composante de ce Tribunal, il s'est rendu au siège de l'administration du territoire de cette ville. Pendant ses explications, l'administrateur territorial lui avait présenté les désidératas liés aux conditions carcérales et bien d'autres préoccupations.

Ouvert à ses collaborateurs de province, le premier président de la Cour de cassation a reçu en audience à tour de rôle les magistrats, greffiers, notables, mouvements associatifs et autres personnalités. Des échanges qui ont pris près de trois heures. Chaque composante ayant le soin d'exposer les éléments spécifiques de la situation professionnelle.

Au bout d'une semaine quasiment, le premier président de la Cour de cassation a pu rassembler les précieux éléments sur les modalités de fonctionnement et les conditions socioprofessionnelles des différentes juridictions du ressort du Kongo-Central. Il prévoit un rapport à remettre au président Tshisekedi. L'objet est la recherche des solutions solides pour un fonctionnement efficace de l'appareil judiciaire congolais.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail