20 FEMMES DES VALEURS/MARS 2021

20 FEMMES DES VALEURS/MARS 2021

« NOUS SOMMES FORTES, IMPOSONS-NOUS ET RENDONS NOTRE RÊVE RÉEL... », CHANCELLE KANKU, QUI EST-ELLE ? [Portrait] 

Votre rédaction vous présente l'une des femmes les plus dynamiques recensées ces dernières années en RD Congo, ce vaste État d'Afrique centrale aux défis monumentaux, surtout pour les femmes. Chancelle Kanku Batulenga est l'une de celles qui tracent courageusement le chemin en terme d'exemplarité et souhaitent demeurer le modèle congolais des femmes d'exception, des guerrières qui se rendent aux batailles et remportent des victoires... Portrait.

Fille de Batulenga Benjamin et Lushima Thity, madame Kanku est née à Kinshasa le 23 novembre 1993. Septième d'une famille de neuf enfants dont deux garçons et sept filles, originaire du centre du pays.IMG 20210325 WA0019

Le formidable parcours de celle qui est devenue, très tôt, une étoile

C'est en 1997 qu'elle débute ses études scolaires. Elle fréquente la très respectée institution éducative le Complexe Scolaire Cardinale Malula, où elle décroche son diplôme d'État (l'équivalent du Bac français), en Latin-Philo. Pour ensuite rejoindre en 2011 la Faculté de Droit de l'Université Protestante au Congo (UPC), une référence dans le pays. Animée de sa légendaire « rage de vaincre », elle multiplie des initiatives et des jobs à « court durée » en parallèle de ses études universitaires. Une audace rare dans l'écosystème estudiantin Kinois.

D'abord promotrice chez la multinationale française Canal+, pour débarquer à la société de télécommunication Vodacom (team leader Vodacom triple avantage), puis retenue comme hôtesse lors de certaines cérémonies officielles dans le cadre du Forum des entreprises et investisseurs du monde francophone, hôtesse à l'agence experte en événement ExP de Madame Patricia Nzolatima... Pour se retrouver dans la foulée Coordinatrice d'agence et agent commercial à la mutuelle de santé Meka Mutuelle. En plus des affaires individuelles dans le vestimentaire, l'agroalimentaire et l'électroménager.

Devenue ministre du Genre et Environnement au comité estudiantin de l'UPC en 2015, elle participe au lancement de l'action « UPC Propre », un projet qui lui a permis de comptabiliser plusieurs heures de travaux d'assainissement de l'environnement universitaire aux côtés de plusieurs autres condisciples. Elle nous confiera plus tard que « c'est de cette époque que naquit son goût et son intérêt pour un environnement sans déchets et assaini, son profond respect pour un monde vert. »

Un an plus tard, 2016, ses études universitaires prennent fin. Elle réfléchit sur le perfonctionnement de son anglais, businesswoman dans l'âme. Quelques mois plus tard elle prend d'assaut un des principaux centres experts en la matière à Kinshasa : Congo American Language Institute (CALI).

Elle fera ensuite un court passage à l'agence Dolmak travel comme agent commercial, une expérience qui « n'a pas été un plaisir », assure-t-elle. Alors qu'elle s'était déjà engagée activement en politique. Elle décide enfin d'ouvrir son propre restaurant « Vieilles casseroles de Chanka » en mars 2020, dopée par l'apprentissage à la cuisine à travers sa mère qui tient un service traiteur. Un resto avec pour spécialité des plats purement africains.IMG 20210325 WA0020

Engagement pour la cause féminine

Quant aux défis actuels, elle déroule son plaidoyer, large.

« Le thème sur la journée de la femme de cette année "Leadership
féminin : pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19", encourage ces femmes travailleuses, ambitieuses qui n'ont en aucun cas baissé les bras face à cette pandémie. Certaines ont fait montre de leur expertise afin de lutter contre la Covid-19, d'autres se sont lancées dans la production des caches nez, d'autres encore ont pris des risques en s'occupant des personnes atteintes par le Corona autant que les hommes. Il est temps qu'on donne à la femme la place qui lui revient de droit selon ses compétences. Aujourd'hui on compte au moins 20 femmes cheffes d'État. On est sur la bonne voie, prouvons au monde entier que la femme peut mieux faire. Nous sommes fortes, imposons-nous et rendons notre rêve réel... »

Pour conclure, plus vive, « nous désirons participer, autant que les hommes, à la prise des decisions. Nous sommes reconnaissantes car la loi exige déjà un quota de 30% comme participation des femmes dans certaines instances décisionnelles, mais notre but n'est pas encore atteint, celui d'un monde égalitaire entre hommes et femmes, et la prise en compte de l'engagement et du dévouement féminins. »

Cette femme, qui est elle ? Résumons : Présidente de la Ligue des femmes du Parti national pour la nouvelle énergie du Congo (PNEC), Membre de Women's Time, Membre de Yali Network, Militante des Droits humains et Entrepreneure... Elle veut faire entendre sa voix, celle des femmes qui désormais s'engagent pour un avenir égalitaire meilleur.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail