AFFAIRE KALEV: LES PLAIGNANTS DÉCULOTTÉS! RENDEZ LA LIBERTÉ A MUTOND.

AFFAIRE KALEV: LES PLAIGNANTS DÉCULOTTÉS! RENDEZ LA LIBERTÉ A MUTOND.

Il faut trouver des mots pour expliquer les contours du procès de l’ancien administrateur général de renseignements, Kalev Mutondo.

C’est vraisemblablement de la pure comédie! Des plaignants qui font bouger la toile et d’autres médias pour annoncer avec pompe leurs actions en justice, finissent curieusement par abandonner leurs plaintes et déserter les salles d’audiences.

Au moins cinq plaignants-victimes se sont portés en justice contre Kalev Mutond, qu’ils accusent de diverses infractions notamment la torture, les enlèvements, les détentions illégales et autres formes de crimes contre l’humanité. Il s’agit de Jean-Claude Muyambo, Francis Kalombo, Christopher Ngoyi, Joseph Mulumba Kapepula, Cyrille Mumpapa Langum et Vano Kalembe Kiboko. Plus de quatre audiences ont été convoquées sans qu’ils ne se présentent.

Lors de l’audience de lundi 23 août 2021 au Tribunal de Grande instance de Kinshasa/Gombe, trois des cinq plaignants se sont, cette fois, personnellement présentés. Il s’agit de Jean-Claude Muyambo, Francis Kalombo et Christopher Ngoyi. Les deux autres plaignants, Joseph Mulumba et Cyrille Mumpapa, pourtant régulièrement signifiés de cette date d’audience, ne se sont pas personnellement présentés, comme toujours, depuis le début de cette affaire.

Et comme ils ont tenté de le faire au Tribunal de paix de la Gombe, le 23 juin 2021, les avocats du plaignant Muyambo ont également essayé, sans mandat, de représenter ceux qui ne se sont jamais présentés devant les cours et tribunaux.

Chose étonnante, les trois plaignants qui se sont présentés au TGI/Gombe, le 23 août 2021, se sont détournés de l’essentiel pour ne soulever que des exceptions «fantaisistes et dilatoires». La preuve, d’entrée de jeu, le plaignant Muyambo a osé demander au Tribunal de se considérer non saisi, évoquant le fait qu’il ne réside pas à Kinshasa où la signification lui a été faite. En vain! Car, le contraire ayant été prouvé, avis du Ministère public à l’appui, le Tribunal s’est plutôt déclaré régulièrement saisi.

Refusant de courber l’échine, Muyambo et consorts sont revenus à la charge, pour faire observer que toutes les affaires dont le TGI/Gombe est saisi, sont en appel. Ce qui devait obliger l’attente des décisions de ces appels. Sans succès non plus. D’ailleurs, il convient de rappeler qu’invités à la Cour d’Appel de Kinshasa/Gombe, le 20 août 2021, pour défendre leurs appels, aucun des plaignants ne s’est personnellement présenté.

Pendant ce temps, soulignent les avocats de Kalev Mutond qui crient aux «vastes farces et blagues» judiciaires, la famille de l’ancien administrateur de l’ANR vit dans un véritable traumatisme avec des descentes, tantôt d’agents de renseignements, tantôt de policiers ou encore des militaires pour des perquisitions sans document judiciaire. Ils ont renseigné qu’une jeune femme a même subi des attouchements sexuels lors de l’une de ces perquisitions. «Et dans une des résidences familiales visitées, une escouade militaire était partie avec les clés de toutes les portes sans donner le moindre motif », ont-ils dénoncé, avant d’invité la Cour à arrêter ce vaudeville pour s’occuper des choses plus sérieuses que des querelles de règlement de comptes.


E-mail