Page d'histoire : LEON KENGO: L'homme et son parcours ( T.LUHAKA)

Page d'histoire : LEON KENGO: L'homme et son parcours ( T.LUHAKA)

Page d'histoire. Léon Kengo wa Dondo ou le jeune " mundele ya ntuka " de Mbandaka qui deviendra l'un des hommes les plus puissants de la RDC. 

 
1. L'histoire de Léon Kengo wa Dondo commence avec la première guerre mondiale. Depuis 1908, le Congo est devenu une colonie belge sous la dénomination de Congo-Belge. Alors que le Rwanda, le Burundi et le Tanganyika (l'actuelle Tanzanie) sont des colonies allemandes connues comme la " Deutsch Oostafrika (DOA)" qui veut dire l'Afrique Orientale Allemande. 
 
   Deux ans après le déclenchement de la première guerre mondiale, on est en 1916, le général allemand Paul Von Lettow-Vorbeck, commandant des forces coloniales de la DOA, décide d'attaquer le Congo-belge, par la frontière rwandaise, pour récupérer les mines d'or de Kilo-Moto en Ituri. 
 
   La force Publique (FP) congolaise va réagir énergiquement contre cette agression en repoussant l'ennemi en dehors de nos frontières. 
 
2.Le commandant en chef de la Force Publique, le lieutenant-général Charles Tombeur, décide de poursuivre les allemands dans leurs colonies avec un contingent de 15. 000 soldats congolais. 
   C'est ainsi que Kigali tombe aux mains des militaires congolais le 9 mai 1916. Le 6 juin 1916, Bujumbura, la capitale du Burundi, est libérée à son tour. Au mois de juillet 1916, le Rwanda et le Burundi sont complètement contrôlés par les militaires congolais de la FP.
   Les opérations vont se poursuivre en Tanzanie (Tanganyika de l'époque). Voir notre page d'histoire du 11 août 2020.
   Pour remercier la Belgique pour sa contribution à la guerre, grâce aux militaires congolais de la FP, la Société des Nations (l'ancêtre des Nations-Unies) lui confie en 1923 la gestion du Rwanda-Urundi, territoires confisqués à l'Allemagne qui a perdu la guerre. 
   En 1925, ces deux territoires sont rattachés au Congo dont ils deviennent la 7e province. 
 
3. A la fin de la guerre en 1918, beaucoup des militaires congolais (parmi le contingent de 15.000 hommes) reviennent au Congo avec des épouses rwandaises et burundaises. C'est ainsi que le sergent Édouard Kengo Lomboli, de la tribu ngbandi, originaire du territoire de Mobayi-Mbongo, secteur de Kota-koli, du groupement Dondo, va épouser et ramener au pays, une belle rwandaise qui répond au nom de Hilda Asimini.
 
De cette union vont naître deux filles. Marie-Claire Mukanda Kes et sa sœur Lucie.
 
4. Marie-Claire Mukanda Kes, l'aînée du couple Édouard Kengo et Hilda Asimini, deviendra sage-femme à l'hôpital général de Libenge, dans l'actuelle province du Sud-Ubangi.
 
A la suite d'une relation amoureuse qu'elle a eu avec le médecin belge de cet hôpital, le docteur Michel Lubicz (prononcer Lobitch), elle va donner naissance le 22 mai 1935 à un garçon qu'elle prénomme Léon Lubicz. 
 
   Le père du petit garçon est contraint de quitter le Congo cinq jours après la naissance de Léon à la suite d'une affaire pénale rocambolesque. 
 
   Ce médecin juif belge d'origine polonaise, travaillait au Congo comme médecin itinérant en charge de la lutte contre la maladie du sommeil qui sévissait à l'époque dans la province de l'Équateur. 
 
5. Un jour, lors de son itinérance, l'un de ses collaborateurs congolais, va faire tomber son précieux instrument de travail, son microscope. Le Dr Lubicz, sous l'emprise de la colère, va frapper ce congolais à la tête avec une canne et le blesse. Le médecin belge va soigner lui-même le blessé qui, une fois guéri, sera renvoyé dans son village pour faute lourde.
 
   Six mois plus tard, on apprend que le garçon renvoyé est décédé à la suite probablement de la blessure. Le parquet de Lisala ouvre une enquête contre le Dr Lubicz pour " coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans l'intention de la donner ". Il sera condamné à une lourde peine de prison et révoqué du service médical du Congo. 
   Il est envoyé en Belgique pour purger sa peine. Le Roi des belges va le gracier et le Dr Lubicz revient et s'installe à Watsa dans la province du Haut-Uele où il travaillera désormais pour le compte de la compagnie des mines d'or de Kilo-Moto. Le petit Léon Lubicz ne le verra pas et n'aura pas de ses nouvelles durant son enfance.
 
6. Léon Lubicz va être élevé par ses grands-parents puisque sa mère va épouser un militaire topoke de la FP, originaire de la Tshopo, le caporal Louis Walala. Son grand-père, l'ancien combattant Édouard Kengo, après son service militaire, deviendra menuisier à Libenge et sa grand-mère, Hilda Asimini vont l'encadrer dès sa plus tendre enfance. 
 
   En 1940, le jeune Lubicz est inscrit à l'école primaire. Comme l'atelier de son grand-père était séparé de son école par un mur mitoyen, il venait pendant les pauses manger les bananes grillées qu'il trempait dans un bol d'huile de palme que lui préparait celui qu'il considère comme son vrai père tout en bavardant avec lui en kingbandi et en lingala.
 
7. Comment ce petit mulâtre, abandonné par son père et élevé par ses grands-parents, comment ce garçon qui finira son école primaire à 17 ans, va-t-il devenir le tout-puissant Léon Kengo wa Dondo ?
 
A suivre !
 
Par Thomas Luhaka Losendjola. 
 

E-mail