En RD Congo, Fabrice Puela veut « rompre » le cycle des violations des droits humains

En RD Congo, Fabrice Puela veut « rompre » le cycle des violations des droits humains

Le ministre des Droits humains Albert-Fabrice Puela poursuit son offensive sur la piste menant vers la justice transitionnelle. Double importantes délégations reçues ce jeudi : les représentants du Bureau conjoint des nations unies aux droits de l'homme (BCNUDH) et ceux de la société civile œuvrant sur la justice transitionnelle.

Souleymane Coulibaly et Erick-Aimé Semien pour la première ; Thérèse Kulungu, Bienvenu Karakubwa, Dickson Dikangu et Louis d'or Kapitene pour la seconde. L'objet, le dépôt officiel des résolutions prises lors du dernier atelier dédié à la justice transitionnelle.

Dans les vestibules des bureaux du ministre Puela, Madame Thérèse Kulungu circonscrit la rencontre et annonce un accompagnement solide des organisations de la société civile, revenant sur les recommandations du dernier atelier.

« La société civile a demandé des consultations plus larges avec toutes les couches de la population congolaise pour relever les avis et considérations en matière de la lutte contre l'impunité. Nous avons formulé le besoin de la tenue des états généraux sur la justice transitionnelle pour faire un état des lieux et pour établir une politique nationale en la matière. Et aussi voir la possibilité de créer un cadre d'échanges en matière de la justice transitionnelle, et d'outiller, de renforcer les capacités les plus techniques de la société civile. »

Poursuit-elle, « la société civile accepte d'adhérer à la mise en œuvre des mécanismes sur la justice transitionnelle, se rend disponible pour accompagner toute initiative et toute action du gouvernement et du chef de l'État Félix Tshisekedi en cette matière, et enfin s'engage à œuvrer ensemble en synergie ou en concertation avec tous les acteurs dont les agences onusiennes, la société civile ou le gouvernement. »

Du 06 au 07 Mai dernier, des sérieuses assises ont eu lieu dans la capitale congolaise. Au cœur, Fabrice Puela et sa quête de la mise en place en RD Congo de la justice transitionnelle qui vise entre autres à entraîner la rupture du cycle des violations des droits humains que connait le pays, à travers notamment la réparation que doit connaître les victimes des crimes graves commis dans ce vaste État d'Afrique centrale.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail