Albert-Fabrice Puela officiellement aux commandes du stratégique Ministère des Droits humains

Albert-Fabrice Puela officiellement aux commandes du stratégique Ministère des Droits humains

Fervent militant du changement social dans cette République démocratique du Congo en quête des repères, le nouveau Ministre des Droits humains est vite identifiable par ses analyses basées sur la rupture et la méthode rationnelle. Il est entré en fonction mardi 27 avril après remise et reprise avec son prédécesseur André Lite, et assure vouloir poursuivre le combat du respect des Droits humains en RDC. Surtout que le pays est au centre des regards internationaux vu les différents rapports peu reluisants en terme des droits humains dans le pays. Mais son expertise en la matière est de « notoriété publique. »

Ici, l'insolite parcours de l'homme au cœur de tous les fronts politiques de ces 15 dernières années. Sa présence dans le gouvernement Sama Lukonde paru le 12 avril dernier, dit des « warriors », était prévisible.

Né en 1971 dans la ville portuaire de Matadi au sud-ouest du pays, alors Zaïre, « le combattant des libertés individuelles » comme l'affublent ses partisans, draine 22 années dans la profession d'avocat : plusieurs fois conseiller juridique des structures commerciales. Mais c'est la politique qui le met en selle. Trois fois de suite, élu député national. Depuis la législature de 2006 donc. Il a représenté l'Assemblée nationale de la RD Congo à des différentes assises, internationales y compris, telle qu'à la 50 ème Assemblée parlementaire de la francophonie à Luxembourg.

Prenons, d'avril à mai 2016, il fut modérateur de la Dynamique de l'opposition politique aux côtés de l'opposant Martin Fayulu. Il prend part la même année au conclave de Genval en Belgique à l'issue duquel naquit la foudroyante plateforme Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, autour du feu Étienne Tshisekedi.

En 2018, il choisit Martin Fayulu comme candidat président de la République, il bat campagne à ses côtés... Mais reste ouvert à l'approche politique de celui qui sera plus tard élu, Félix Tshisekedi.

Avocat, Député national, membre du Conseil d'administration de l'Université Kongo et... Ministre des Droits humains. Pas seulement, aussi meneur d'hommes.

C'est la bataille d'avant-gardiste qu'il mène à la deuxième moitié de l'année 2020, solitaire, contre ce qui était une redoutable machine politique à l'Assembléé nationale, représentée par le Bureau Mabunda, qui lui donne des nouveaux galons. Ayant constaté une sorte de « megestion » du Bureau de l'époque, il lance les hostilités pour le faire tomber.

Au Conseil d'État, il n'obtient gain de cause mais il remporte une victoire : il expose le côté prenable, le talon d'Achille de la majorité Front commun pour le Congo au Parlement. Libérant de l'énergie pour ses alliés... lutte qui aboutit au changement de majorité dénommée Union sacrée pour la nation. « C'était un ballon d'essai intelligemment imaginé par Puela et mené par lui, c'est un couragé, ce fut notre Jean-Baptiste », renseigne d'un sourire détendu, sous anonymat, un des cadres de l'USN.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail