Violences à l'Est : le rôle de « lobbies nationaux et internationaux » évoqué au Parlement

Violences à l'Est : le rôle de « lobbies nationaux et internationaux » évoqué au Parlement

Le président de l'Assemblée nationale Christophe Mboso N'kodia poursuit sa croisade. Ce mercredi à l'ouverture de la plénière il est revenu sur les massacres orchestrés à l'Est du pays. Et cette fois, il n'a épargné la communauté internationale qui reste « silencieuse » face aux violences en RD Congo.

« Il est temps que la communauté internationale qui a encouragé l'entrée des ADF, des Interahamwe, des FDLR et de tous les autres groupes armés, prenne aussi conscience. Nous en avons ras-le-bol, qu'il y ait un retrait de ces groupes étrangers sur le territoire congolais, qu'on les amène ailleurs, dans d'autres pays que la République démocratique du Congo. Que la communauté internationale prenne toutes les dispositions pour que ces groupes quittent notre pays », a-t-il maugréé.

Lorsqu'il poursuit, « nous avons offert l'hospitalité à des troupes, ces sont des massacres que nous subissons simplement pour avoir été juste honnête et ils le font au mépris de tous les accords internationaux. Alors que les réfugiés ne peuvent pas prendre les armes. Ils sont venus comme réfugiés, ils exploitent nos richesses. Là nous touchons à une question de vie ou de mort pour certains lobbies nationaux et internationaux. Mais la vie de nos frères et nos sœurs est la raison d'être dans cette Assemblée nationale. Nous nous engageons avec détermination pour que la paix soit rétablie dans l'Est du pays. »

Il y a peu, ses déclarations controversées sur l'appartenance de certains congolais à de groupes armés, indexant entre autres les élus originaires de la région du Kivu, ont créé une polémique sur la capacité de la gouvernance congolaise actuelle à mettre un terme à cette situation cruelle qui sévit dans la partie orientale de la RD Congo.

Il est revenu sur la question, cette fois-ci, pour assurer à l'opinion l'engagement de l'Assemblée nationale à œuvrer dans le sens de ramener la paix.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail