Au Congo, Félix Tshisekedi refuse d'avoir à ses trousses l'influente Église catholique

Au Congo, Félix Tshisekedi refuse d'avoir à ses trousses l'influente Église catholique

En République démocratique du Congo, mieux l'avoir avec soi... Ses ramifications s'étendent jusqu'aux recoins les plus oubliés. Et son influence n'a de conteste.

Après s'être brouillés début mars avec la Conférence des Évêques catholiques, les services de presse présidentielle et la Direction de la communication se sont vus chambouler vendredi via une ordonnance présidentielle qui réorganise le fonctionnement du cabinet du président Tshisekedi. Et une autre qui appelle à la rescousse Erick Nyindu, nommé directeur de la communication.

Le dernier texte réplique des services de communication de Félix Tshisekedi à l'encontre de l'encombrante Église catholique, qui critiquait plus tôt la gouvernance actuelle du pays, est sans nul doute la goutte qui a débordé le vase.

Maintes fois critiquée pour les textes aux contenus parfois jugés « légers » et la superposition de ses deux services qui fonctionnaient incompréhensiblement de manière quasiment autonome, la Communication du président espère gagner en lisibilité en renfermant la Direction de la communication et les services de presse en une seule Cellule de communication présidentielle, qui sera désormais dirigée par l'ancien journaliste du média francophone TV5 monde et de VOA, Monsieur Nyindu.

Le texte au cœur de la brouille entre la Direction de la communication du président et la structure catholique CENCO, n'a été digéré jusqu'à la hiérarchie du cabinet du président Tshisekedi. Son porte-parole Kasongo Mwamba Yamba Yamba l'a fait savoir dans les médias et s'est réservé de mettre sur la place publique « le dysfonctionnement interne ». Le président congolais s'était obligé de prendre part à la messe de suffrage en hommages de l'ambassadeur italien et ses collaborateurs assassinés il y a peu à Est du le pays, célébrée par le Cardinal Ambongo membre de la Conférence épiscopale, pour entre autres minimiser la discorde apparente qui s'est dessinée.

Multipliant ses rencontres avec les prélats catholiques depuis sa prise de fonction, Felix Tshisekedi veut garder intacte cette amitié tissée, voyant sûrement en l'Eglise un allié de taille, transformée en ennemie pourra bien faire un véritable contre-pouvoir. Les agitations politiques de ces cinq dernières années dans le pays en disent plus. Il a par conséquent pris le plaisir de trancher en faveur des princes de l'Église et mettre fin à la polémique.

Tony-Antoine Dibendila


E-mail