En Ituri, la société civile enregistre une attaque attribuée à des miliciens CODECO

En Ituri, la société civile enregistre une attaque attribuée à des miliciens CODECO

Les miliciens de la CODECO sont accusés d'avoir attaqué un camp des déplacés à Djugu, dans la province de l'Ituri sous état de siège. Une information qui nous est parvenue ce mardi.

La société civile confirme la nouvelle, tout en précisant que le bilan provisoire est d'une soixantaine de personnes tuées, un camp incendié au côté de plusieurs dégâts matériels enregistrés après l'attaque de cette zone.

Monsieur Jean-Marie Esdra, un acteur de la société civile de l'Ituri s'est dit très touché par cette nouvelle incursion.

« Pour nous c'est un désarroi total de partager cette mauvaise nouvelle, car nous venons d'enregistrer au moins plus de soixante civils tués par les miliciens de CODECO. A nous seuls nous ne pouvons rien faire, mais l'Armée ne prend pas nos alertes à considération. Nous appellons les autorités militaires de prendre des nouvelles stratégies pour mettre fin à l'insécurité dans cette partie de la République démocratique du Congo », a déclaré cet acteur de la société civile.

Contacté, le porte parole des FARDC en Ituri, le lieutenant Jules Ngongo Tsukudi, confirme l'information sans donner beaucoup de détails. Cet officier militaire rassure sur la forte détermination des forces à pacifier la zone.

Ce dernier appelle la population à renouveler leur confiance à l'Armée et à dénoncer tout mouvement suspects.

« Pour le moment nous avons maitrisé la situation et nous continuons avec les opérations, et alors nous appelons la population d'être responsable, c'est-à-dire d'empêcher toute attaque car les ennemies viennent de la communauté », a-t-il indiqué.

Après cette attaque de quatre villages, la situation reste très préoccupante, il s'observe un déplacement massif de la population de la zone attaquée vers les endroits plus sécurisés.

Alain Allégresse


E-mail